b_casseau_variable_calidris_alpina_

Bécasseau variable (Calidris alpina)

Longueur totale du corps : 16 à 20 cm. Poids : 35-60 g. En France, sur les sites d’hivernage et de migration côtiers, les proies les plus recherchées sont les petits crustacés (genre Corophium, Carcinus, Crangon) les gastéropodes du genre Hydrobia et Littorina et des annélides (genre Nereis, Scoloplos, Arenicola) et des bivalves de petite taille (moins de 2 cm) du genre Macoma, Scrobicularia, Abra. [photo © S. Siblet- INPN/MHN]

Le Bécasseau variable (Calidris alpina), également appelé bécasseau à dos roux, est une espèce de petits oiseaux limicoles de la famille des Scolopacidae.

Description

Ce bécasseau mesure 16 à 22 cm. Poids: 35-60 g.Son bec noir de taille moyenne est légèrement arqué. Ses pattes sont noires également. La projection des rémiges primaires est courte, la pointe des ailes arrivant à l'extrémité de la queue.

En plumage nuptial, cette espèce se caractérise par la présence d'une tache ventrale noire.

Répartition

Le bécasseau variable niche à travers tout l'Arctique et en Europe du Nord; il hiverne le long des côtes de l'hémisphère nord.

Comportement

Le Bécasseau variable picore et sonde rapidement les vasières. Il exploite aussi fréquemment les eaux peu profondes. En France, sur les sites d’hivernage et de migration côtiers, les proies les plus recherchées sont les petits crustacés (genre Corophium, Carcinus, Crangon) les gastéropodes du genre Hydrobia et Littorina et des annélides (genre Nereis, Scoloplos, Arenicola) et des bivalves de petite taille (moins de 2 cm) du genre Macoma, Scrobicularia, Abra.

Protection

Le Bécasseau variable bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire1. Il est donc interdit de le détruire, le mutiler, le capturer ou l'enlever, de le perturber intentionnellement ou de le naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'il soit vivant ou mort, il est aussi interdit de le transporter, colporter, de l'utiliser, de le détenir, de le vendre ou de l'acheter.

Sources: Inventaire National du Patrimoine Naturel / Wikipedia


Aigrette garzette (Egretta garzetta )

| Patrimoine naturel | Oiseaux

Longueur totale du corps : 56 à 67 cm. Poids : 450 à 615 g. L'Aigrette garzette est un petit héron, entièrement blanc. En plumage nuptial, l'adulte porte sur la nuque deux à trois longues plumes effilées. Les scapulaires visibles d'assez près sont recourbées en crosse sur le dos et des plumes étroites et allongées décorent le plastron - [photo © Philippe Gourdain - INPN/MHN]

Découvrir


Avocette élégante (Recurvirostra avosetta) - Abozeta (eu)

| Patrimoine naturel | Oiseaux

Longueur 42-45 cm, envergure 77-80 cm, poids 260-290 g. L’Avocette est ainsi trouvée essentiellement dans les plaines maritimes (marais salants, lagunes, estuaires, etc.). L’espèce se nourrit surtout d’insectes, de crustacés et vers. Pour ce faire, elle balance la tête et le bec de droite et de gauche, la partie courbe du bec entrouvert étant plongée dans l’eau ou la vase. - [photo © Pierre-Yves Le Bail - INPN/MHN]

Découvrir




Barge rousse

| Patrimoine naturel | Oiseaux

Longueur totale du corps : 37 à 41 cm. Poids : 190 à 400 g chez le mâle, 262 à 630 g chez la femelle La Barge rousse est un limicole trapu de taille moyenne, équivalente à celle de la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto), caractérisé par la coloration de son plumage et par son long bec légèrement retroussé. [photo © Pierre- Yves Le Bail - INPN/MHN]

Découvrir






Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus)

| Patrimoine naturel | Oiseaux

Longueur totale : 62 à 67 cm. Poids : 1200-2000 g (mâle), 1300-2300 g (femelle). Rapace diurne pâle, de grande taille. Au posé, il présente une tête ronde avec de grands yeux jaunes rappelant un rapace nocturne. Il se nourrit presque exclusivement de reptiles, principalement des serpents. Cette spécialisation va de pair avec un statut d’espèce migratrice : il passe l’hiver en Afrique sahélienne au sud du Sahara. [photo © P. Gourdain- INPN/MHN]

Découvrir



SITE MAP