trait_de_c_te

Trait de côte

L’évolution du trait de côte

Le recul du rivage de la Corniche basque résulte de l’action conjuguée du travail de sape de l’Océan, des glissements de terrain sur altérites et des glissements de blocs rocheux pentés par gravité. Ce recul a été évalué entre 20 et 50 m en deux siècles par le BRGM à partir des anciennes cartes (Cassini 1815, SHOM 1829 et 1882), avec une moyenne annuelle de l’ordre de 30 cm/an. Pour donner un exemple, le recul maximal depuis 1829 est estimé à 80 cm/an dans la baie d’Erromardie. L’érosion par le ruissellement entame aussi le sommet de la falaise: il est estimé pour la Corniche basque à 10 cm par an. La route de la Corniche est donc très menacée, ce qui pose le problème de son avenir.

[photo © CPIE Littoral basque]

Source: Découverte de la Corniche Basque/CPIE Littoral Basque.- 2014 – 228 p. -

ISBN 978-2-9532907-3-8


Couche K/T

| Patrimoine naturel | Géologie

Détail de la couche K/T de la baie de Loya, elle qu’on pouvait la voir il y a quelques années, coincée entre les marnes calcaires roses bleutés du Crétacé terminal, et les calcaires roses de la base du Tertiaire. La tendre couche d’argile, affouillée par la mer, a fini par provoquer l’éboulement d’une bonne partie de la falaise… [photo © CPIE Littoral basque]

Découvrir


Deux Jumeaux

| Patrimoine naturel | Géologie

Ces deux rochers emblématiques d’Hendaye, témoignent du recul de la côte au fil du temps. Peu à peu, sous l’effet conjugué de la houle, des vents mais aussi de l’eau de pluie, les portions de roches et de terre mêlées qui se trouvaient entre eux et la falaise ont été érodées avant de disparaître, isolant ces deux rochers du reste de la Corniche. [photo © CPIE Littoral basque]

Découvrir


Erosion

| Patrimoine naturel | Géologie

La mer sape les dalles redressées de flysch à la base, creusant des trous à partir de fissures qui s’élargissent progressivement et finissent par déstabiliser toute la falaise… [photo © CPIE Littoral basque]

Découvrir


Flysch

| Patrimoine naturel | Géologie

Ce terme est d’origine suisse et vient du verbe allemand fliessen (couler). Il a été utilisé d’abord dans les Alpes pour désigner des sédiments terrigènes marins, formés de couches alternativement gréseuses (sables) et schisteuses (argiles), ce qui leur donne un aspect de millefeuille caractéristique. [photo © CPIE Littoral basque]

Découvrir


Flysch (Loya)

| Patrimoine naturel | Géologie

La baie de Loya et son estran à marée basse. Au fond, les deux îlots de la Baie de Loya.Le flysch gréseux montre à nouveau une sédimentation rythmique, avec de grandes dalles découpées géométriquement suivant un dense réseau de fractures. Il surmonte les marno-calcaires plus tendres, visibles sur la gauche.[photo © CPIE Littoral...

Découvrir


Flysch - plissements

| Patrimoine naturel | Géologie

Les plissements du flyschDes plis d’ordre métrique affectent juste quelques couches, mais pas l’ensemble de la série sédimentaire, qui garde une inclinaison régulière. Ces plis sont souples et mous : ils se sont produits alors que le sédiment était encore gorgé d’eau et peu consolidé, donc juste après son dépôt.Ce pli est très...

Découvrir



SITE MAP